L’avenir de la Crimée

View full post on RIA Novosti

Advertisements

#crimee, #lavenir

L’avenir sans le découragement

L’avenir sans le découragement

patrick apel muler
Vendredi, 12 Septembre, 2014
photo : afp
ÉDITORIAL : La Fête porte bien son nom. Les grands problèmes du monde y sont convoqués : les tambours de guerre qui se font entendre et peuvent amorcer des conflagrations à l’échelle mondiale, le sort du peuple palestinien et son combat, l’avenir de la planète menacée par le réchauffement, le besoin d’une démocratie renouvelée…
Ce week-end, l’événement sera là. Pas dans les rodomontades ministérielles, les pages people des magazines, les petites phrases du jeu de dupes médiatique. La Fête de l’Humanité, à peine inaugurée jeudi soir, marque déjà l’ouverture d’une nouvelle période à gauche. L’offensive libérale a troublé des repères et ramolli des consciences mais notre sondage Ifop publié dans nos colonnes aujourd’hui l’atteste, l’électorat de gauche existe bel et bien, ne se retrouve pas dans la conversion de François Hollande et Manuel Valls, et juge qu’un autre cap est possible pour la France, qui réponde à ses attentes.
 
Ces derniers jours, des voix de plus en plus nombreuses se sont fait entendre pour s’opposer à une politique d’austérité vouée à réjouir le Medef. Elles se sont donné rendez-vous à la Fête de l’Humanité pour ouvrir le chantier d’alternatives, établir des convergences, édifier des passerelles. Il s’agit, selon le vers de René Char, de composer « l’avenir sans croire au poids qui décourage ». On n’y voit pas défiler des nuées de chimères ; ces débats s’ancrent dans les luttes sociales, dans les difficultés populaires, dans les expériences variées.
 
La Fête porte bien son nom. Les grands problèmes du monde y sont convoqués : les tambours de guerre qui se font entendre et peuvent amorcer des conflagrations à l’échelle mondiale, le sort du peuple palestinien et son combat, l’avenir de la planète menacée par le réchauffement, le besoin d’une démocratie renouvelée…
 
Pour des centaines de milliers de personnes, les trois jours de La Courneuve, ce vendredi, samedi et dimanche, mêleront le plaisir et la fraternité, la musique et la gastronomie, la peinture et les livres… tant il est vrai, comme l’écrivait le poète palestinien Mahmoud Darwich, que « la politique dénuée de culture et d’imaginaire est condamnée à l’ordre du conjoncturel ».
Dans votre quotidien du 12 septembre 2014
Un peuple de gauche blessé mais pas du tout résigné

L'auteur

directeur de la rédaction

View full post on Humanité – Actus

#decouragement, #lavenir, #sans